Lien possible entre rhabdomyolyse et vaccin anti-SRAS-CoV-2 a ARNm chez une patiente porteuse d'une mutation du gene RYR1.

Citation metadata

Date: Mar. 28, 2022
From: CMAJ: Canadian Medical Association Journal(Vol. 194, Issue 12)
Publisher: CMA Impact Inc.
Document Type: Article
Length: 3,305 words
Lexile Measure: 1760L

Document controls

Main content

Article Preview :

Une femme de 30 ans a consulte a l'hopital 8 jours apres avoir recu sa seconde dose de vaccin anti-SRAS-CoV-2 a ARNm de Moderna. Le lendemain de sa vaccination, elle a ressenti des symptomes pseudogrippaux, notamment frissons et nausees. Trois jours plus tard, elle presentait des symptomes neuromusculaires, tels que myalgie et faiblesse bilaterale des membres superieurs et inferieurs. Apres 7 jours, elle a remarque que son urine etait foncee. Elle avait recu sa premiere dose de vaccin anti-SRAS-CoV-2 a ARNm de Moderna 6 mois auparavant et n'avait presente aucun de ces symptomes ni aucune autre complication.

La patiente n'avait aucun antecedent d'infection au SRAS-CoV2. Ses antecedents medicaux incluaient 5 episodes precedents de rhabdomyolyse depuis l'age de 10 ans, habituellement declenches par des infections virales. Elle avait une mutation deja connue du gene du recepteur 1 de la ryanodine (RYR1) au site d'epissage canonique (c.12624+1_124+2insT), ce qui aggravait son risque d'hyperthermie maligne et de rhabdomyolyse. Elle n'avait pas presente de rhabdomyolyse apres l'administration de ses vaccins precedents. Ses antecedents medicaux incluaient aussi trouble schizo-affectif, tuberculose latente 5 ans auparavant, syndrome des ovaires polykystiques, anemie ferriprive et apnee obstructive du sommeil. Ses medicaments etaient atorvastatine, clozapine, lithium, flupentixol, gluconate ferreux et vitamine D. Ses antipsychotiques lui avaient ete prescrits en 2015. Ses doses de medicaments n'avaient pas ete augmentees ni modifiees recemment. Elle ne prenait aucun produit de phytotherapie ou en vente libre.

La patiente ne presentait ni deficit neurologique en foyers, ni erytheme cutane, ni arthralgie. Elle n'avait pas fait d'activite physique intense, n'avait pas subi de traumatisme et n'avait pas ete exposee a de la chaleur pendant de longues periodes recemment et elle ne faisait etat d'aucune consommation d'alcool ou de drogue recreative. A son arrivee, sa tension arterielle etait 143/88 mm Hg, sa frequence cardiaque 118 battements/min, sa frequence respiratoire 16 respirations/min, sa saturation en oxygene etait 98 % a l'air ambiant et sa temperature etait 36,3 [degrees]C. L'examen de l'appareil cardiovasculaire, de l'appareil respiratoire, de l'abdomen et de la peau etait sans particularites. Les signes neurologiques incluaient une force musculaire symetrique aux portions proximales et distales des membres superieurs et inferieurs (4/5 a l'echelle du Medical Research Council pour la force musculaire), et l'examen musculosquelettique etait par ailleurs normal. On n'a observe ni alteration de l'etat mental, ni diaphorese, ni rigidite, ni hyperreflexie.

Notre diagnostic differentiel incluait rhabdomyolyse, hyperthermie maligne, syndrome serotoninergique, syndrome malin des neuroleptiques et infection virale. Meme si notre patiente prenait des antipsychotiques, le syndrome malin des neuroleptiques et le syndrome serotoninergique etaient peu probables etant donne qu'elle ne presentait pas d'instabilite autonome, de clonies, de rigidite, d'hyporeflexie, d'hyperthermie, ni d'alteration de son etat mental.

Les resultats des analyses sont presentes au tableau 1. Les premieres analyses sanguines effectuees 8 jours apres sa vaccination ont montre un taux de creatine kinase (CK) a 203 088 U/L (plage normale 30-150), sans signe d'atteinte renale, et des taux d'electrolytes normaux. L'analyse d'urine a revele la presence de sang (3+), sans globules rouges. L'imagerie par resonnance magnetique...

Source Citation

Source Citation   

Gale Document Number: GALE|A698015021