Une fin trop precoce?

Citation metadata

Author: Daniel Rayson
Date: May 16, 2022
From: CMAJ: Canadian Medical Association Journal(Vol. 194, Issue 19)
Publisher: CMA Impact Inc.
Document Type: Article
Length: 1,561 words
Lexile Measure: 1650L

Document controls

Main content

Article Preview :

C'est un apres-midi d'octobre que j'ai rencontre a la clinique Mme D., une septuagenaire impeccablement vetue, qui parlait avec un fort accent francais. Elle m'a dit qu'environ neuf mois plus tot, elle avait remarque l'apparition de capitonnage sur son sein, a un endroit ou la peau avait deja epaissi depuis longtemps. Elle m'a explique que, des annees auparavant, une ceinture de securite lui avait sauve la vie, mais avait endommage ses tissus mammaires. Au fil des ans, les examens medicaux et les mammographies n'avaient jamais rien revele d'inquietant. Mais depuis l'apparition du capitonnage, elle avait senti son sein devenir plus ferme et nettement plus deforme. Puis, une fine ligne rouge sur la peau avait epaissi et suintait, degageant une mauvaise odeur qui lui causait de faibles nausees continuelles. Elle s'est finalement rendue chez le medecin, qui a rapidement compris le probleme et ordonne une mammographie et une biopsie de confirmation. Une scintigraphie osseuse a revele des metastases qui expliquaient l'inconfort qu'elle ressentait au haut du dos et a la hanche gauche, la forcant a se deplacer avec une canne.

Lorsque je suis entre dans la salle de consultation cet apres-midi-la, je ne m'attendais pas a trouver une femme aussi elegamment habillee et superbement coiffee et au sourire aussi eclatant. Mme D. etait radieuse. Vetue de violet et de noir, et portant des bijoux en or, elle brillait sur la toile de fond morne et sous les neons lugubres de la salle d'examen beige de l'hopital. Pendant notre conversation, elle a fait quelques allusions a son parcours de vie et a ses voyages dans le monde entier, se confiant peut-etre plus a moi qu'elle ne l'aurait fait avec un collegue parce que nous pouvions converser dans sa langue maternelle.

Je me suis demande comment elle avait atterri dans un village de pecheurs isole, a moitie abandonne, dans la campagne a la Nouvelle-Ecose, une municipalite que j'avais maintes fois traversee pour admirer les grandes maisons avec vue sur la mer--belles, mais de plus en plus delabrees. J'ai cru comprendre qu'elle vivait seule, sans partenaire ni amis proches. Je pouvais facilement imaginer les capitaines de navires la devisageant avec convoitise lorsqu'elle se promenait sur l'unique rue du village pour aller faire des courses au magasin general. Il ne faisait aucun doute qu'a une autre epoque, elle ne devait passer inapercue nulle part.

Son...

Source Citation

Source Citation   

Gale Document Number: GALE|A703445236