Les examens finaux a enjeux eleves menant au permis d'exercer la medecine ont-ils encore leur raison d'etre au Canada?

Citation metadata

Date: Apr. 11, 2022
From: CMAJ: Canadian Medical Association Journal(Vol. 194, Issue 14)
Publisher: CMA Impact Inc.
Document Type: Article
Length: 2,572 words
Lexile Measure: 1920L

Document controls

Main content

Article Preview :

La pandemie de COVID-19 a perturbe le systeme devaluation des futurs medecins au Canada. Le College des medecins de famille du Canada (CMFC) et le College royal des medecins et chirurgiens du Canada (CRMCC) ont du retarder, annuler ou adapter leurs examens de certification. Etant donne que ces examens sont exiges pour la pratique autonome de la medecine, le contexte pandemique a nui aux stagiaires, aux superviseurs et aux patients a un moment ou notre systeme de soins de sante etait deja mis a rude epreuve (1). Ces perturbations representent cependant une occasion de revoir l'approche traditionnelle menant a l'obtention du permis d'exercice de la medecine au Canada. Une approche qui peut etre qualifiee de laborieuse, de couteuse et de complexe sur le plan logistique, en plus d'etre peu representative de la pratique clinique et potentiellement subjective.

A l'heure actuelle, l'octroi des permis d'exercice de la medecine au Canada repose sur des examens sommatifs normalises a enjeux eleves. Ceux-ci ont ete conqus pour maintenir entre medecins et patients un contrat social qui garantit la securite de ces derniers et se revele benefique pour la societe en general (2). Or, il n'a jamais ete prouve que cette forme d'examen permettait d'atteindre cet objectif. Bien que des examens adequatement concus du point de vue psychometrique offrent une certaine garantie en permettant de reperer les stagiaires qui ne sont pas prets pour la pratique autonome, il n'en reste pas moins que le taux de reussite etonnamment eleve associe a ce type d'examens remet en question leur importance dans le cadre de la formation des futurs medecins au Canada (3). Contrairement a cette approche, soulignons que les pratiques exemplaires actuelles des programmes de medecine et de formation continue encouragent plutot le recours a des evaluations basees sur les competences et etablies selon des modeles devaluation programmatique rigoureux. Les programmes reposant sur ce type de modeles preconisent des evaluations moins approfondies mais plus frequentes et a meme l'environnement clinique, ainsi que des examens crees specifiquement pour une specialite ou un milieu precis. Lorsque de tels procedes sont mis en place dans le systeme d'education medicale (4), on note une augmentation du volume devaluations (5) ainsi que de la qualite de celles-ci (6). Si le maintien du contrat social exige que les futurs praticiens soient capables de prouver leur competence en matiere de pratique clinique, les examens d'obtention du permis d'exercice, dans leur forme actuelle, ne permettent pas de prouver cette competence.

Les examens a enjeux eleves qui menent a l'obtention du permis d'exercice entrainent de nombreuses consequences imprevues. Ces tests normalises evaluent des elements dont la valeur est discutable et ils peuvent etre une source de discrimination (p. ex., certains candidats pourraient avoir des problemes financiers causes par les frais que ces examens entrainent, tandis que d'autres pourraient subir du racisme structurel ayant pour consequence de les desavantager quant a leur preparation ou a leur comprehension de l'examen) qui ne peut qu'avoir une incidence negative sur le niveau d'equite, de diversite et d'inclusion au sein...

Source Citation

Source Citation   

Gale Document Number: GALE|A699623538