La prevention des fautes medicales au Canada au milieu du 20e siecle: l'ACPM et son approche des enjeux lies aux traitements contre les varices.

Citation metadata

Author: Blake Brown
Date: Apr. 25, 2022
From: CMAJ: Canadian Medical Association Journal(Vol. 194, Issue 16)
Publisher: CMA Impact Inc.
Document Type: Article
Length: 1,498 words
Lexile Measure: 1770L

Document controls

Main content

Article Preview :

La fondation de l'Association canadienne de protection medicale (ACPM) en 1901 a ete determinante pour le droit canadien en matiere de faute medicale. Au depart, l'ACPM etait un petit organisme de defense mutuelle qui mettait en commun les cotisations des membres pour couvrir les frais des medecins faisant l'objet de poursuites pour faute professionnelle. A ses debuts, l'Association protegeait vigoureusement ses membres, qualifiant les patients demandeurs de << charlatans sans scrupules >> et refusant de regler toute action intentee contre ses membres. Vers la fin des annees 1920, elle avait cependant commence a payer des dommagesinterets imposes dans le cadre de proces perdus, et a regler a l'amiable les affaires qu'elle jugeait indefendables (1). A la meme epoque, l'organisation demandait en outre a ses membres de signaler les menaces de poursuites pour faute professionnelle (avant qu'elles ne soient engagees) et observait les strategies gagnantes en matiere de litige. Forte de ces informations, l'Association etait bien placee pour mettre en garde les medecins contre les interventions qui representaient un risque a la fois pour la population et pour ses propres resultats. Des annees 1940-1960, sa strategie de gestion des risques a amene l'ACPM a alerter les praticiens sur les dangers associes au traitement des varices.

On a longtemps eu recours a la compression pour traiter les varices, mais au milieu du 20e siecle, les interventions agressives etaient de plus en plus frequentes. Divers praticiens ont experimente des traitements comprenant la << ligature >> (occlusion de la grande veine saphene) ou l'<< eveinage >> (ablation de la veine par des incisions dans la region de I'aine ou derriere le genou). Certains utilisaient des injections, souvent de morrhuate sodique, pour stopper la circulation sanguine dans les veines affectees. Le traitement agressif des varicosites, cependant, entraTnait parfois des blessures graves chez les patients, et les interventions etaient controversees (2). En 1948, 2 chirurgiens montrealais ont tire la sonnette d'alarme: ils deploraient que les medecins qui ne la pratiquaient qu'a l'occasion considerent cette intervention comme etant simple, facile a executer et sans danger, si bien qu'elle etait souvent assignee a des chirurgiens qui avaient peu d'experience et des stagiaires (2).

Dans son rapport annuel de 1948, l'ACPM decrit le cas d'une patiente qui, apres avoir souffert de la gangrene...

Source Citation

Source Citation   

Gale Document Number: GALE|A701180710